Lachet, C. & Roig, A. (dir.) (à venir juin 2019). Le Prédicat. Enjeux linguistiques et didactiques (Dixit Grammatica, n°5). Paris : L'Harmattan


Cet ouvrage entend revenir sur le « prédicat », notion ancienne qui puise son eau dans le katègorein d'Aristote voire, avant, dans le rhêma de Platon. Abondamment récupérée depuis lors dans les travaux de linguistique, ce qui en a démultiplié les acceptions, le prédicat est aujourd'hui d'une polysémie remarquable qui paraît ne pas faire obstacle à sa prospérité. Si l'insertion récente de la notion grammaticale dans les programmes scolaires du 26 novembre 2015 en France semblait prolonger ces jours heureux, force est de constater que ce nouvel âge d'or hors du champ de la linguistique n'aura pas duré. Rapidement pointé du doigt par ses opposants, le prédicat est alors devenu, malgré lui, le parangon d'une grammaire « réformée », sinon « détériorée » ou « nuisible ». En pareil contexte, le retour à l'enseignement d'une grammaire plus classique semblait inévitable… Or, le prédicat a-t-il réellement généré série de problèmes et de confusions auprès des principaux intéressés, les élèves des classes françaises ? La question gagne en intérêt lorsque l'on se figure qu'au Québec, la grammaire rénovée du français proposée dans les programmes scolaires de 1995 fait elle aussi état d'une division de la phrase en « sujet + prédicat (+ complément de phrase) », et que cela ne semble pas avoir posé problème. De ce côté-là de l'Atlantique, le prédicat semble au contraire avoir de beaux jours encore devant lui ; comme en linguistique d'ailleurs, champ de recherches qui compte pareillement de nombreux défenseurs du prédicat, notamment en syntaxe, ainsi que le montre cet ouvrage, véritable observatoire des pratiques linguistiques et didactiques relatives au prédicat, à l'échelle de la francophonie.